mardi 17 juin 2014

Cabinet de la nano-édition à l'Hotel Des Vils

Le 30 mai, L'Hôtel des vils a proposé de confectionner un fanzine collectif en 24h. Faire un fanzine, c'est parfois passer plus de temps avec des robots que des êtres humains. Alors forcément, j'ai profité de l'occasion de voir du monde et j'y suis allée.

Trois thèmes étaient proposés : "l'Hôtel des Vils", "la faille" et "le 26ème jour de deuil, j'ai pleuré". 

"Si tu n'as pas compris, moi non plus" m'a dit un mec quand j'ai tenté de l'interroger. Alors je suis allée traîner dans les étagères, où on pouvait trouver des papiers de toutes sortes, des tampons et surtout des numéros de Paris Match et du Chasseur Français de 1963. Plutôt inspirant finalement. 

J'ai pas tellement échangé avec d'autres personnes, mais j'ai écrit un truc sur mon grand-père.



Au fond de la pièce, la fanzinothèque de Lyon avait suspendu quelques zines au mur et au plafond. J'ai lu quelques trucs, donc un fanzine chanmé, qui s'appelle Waterproof Mascara.


A l'étage se déroulait pendant 24 heures ce qu'ils appellent un placard. Pendant une demie-heure, tu bénéficies d'un espace d'expression et de musique et tu fais une performance. C'est rediffusé sur internet, audible au casque ou en public. La prochaine fois, je monterai un groupe éphémère. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire